Résultats des analyses réalisées sur le condensat

15 avril 2012 - Des analyses complémentaires, réalisées à la fois sur des échantillons de condensat prélevés avant la fuite du 25 mars dans les annulaires du puits G4 et sur les échantillons prélevés en mer dans des zones d’irisations, amènent aux conclusions suivantes :

- le condensat est un condensat léger, qui présente les caractéristiques de celui de la formation de Hod,

- les indicateurs moléculaires permettent d’établir que l’origine de l’hydrocarbure prélevé en mer est bien ce condensat léger,

- ce condensat est très paraffinique ; dès sa sortie, il forme un dépôt de cires molles qui adhère aux surfaces froides de la plateforme,

- le condensat rejeté à la mer s’évapore, son taux d’évaporation atteignant 50% dès les premières         24 heures et le taux d’évaporation ultime étant estimé à 90%.


Le résidu non évaporé est progressivement dispersé par l’agitation de la mer et éliminé par biodégradation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs